mardi 19 septembre 2017

Vert c'est bon, rouge on évite de manger le produit !

J'avais publié il y a plusieurs mois un billet en défaveur de l'étiquetage nutritionnel selon un système de feux tricolores. J'ai personnellement plaidé contre ce système dans un billet publié sur le site ESSEC Knowledge.  Je trouvais que ce système s'opposait à l'éducation nutritionnelle qui me semble une bien meilleure option pour permettre à nos concitoyens de faire des choix alimentaires en toute connaissance de cause et en toute liberté. N'est-ce pas là le principe essentiel d'une bonne éthique personnelle : faire des choix en toute connaissance. 

Aujourd'hui, j'ai pris connaissance de l'interview sur BFMTV du directeur de la société Cryolog. Celle-ci propose des étiquettes fonctionnelles permettant d'assurer aux consommateurs qu'un produit est encore consommable. Vert c'est Bon, rouge on évite de manger le produit. La Date Limite de consommation a bien des avantages, mais elle a aussi quelques inconvénients. Cher Consommateur, imaginez que vous achetez un produit dans une grande surface avec une DLC de 4 jours. Mais, que rentrant à la maison, vous décidez de faire un détour pour rencontrer l'un de vos amis... la conversation, passionnante, s’éternise. Votre ami vous invite à partager son repas… Et vos courses sont restées plus longtemps que prévu dans le coffre de votre voiture....Vos produits sont-ils toujours bons ? Comment le savoir ? Les jeter (par précaution) et vous regretterez les instants de grande convivialité avec votre ami... Les consommer n'est ce pas prendre un risque ! 

Les étiquettes développées par la société Cryolog peuvent vous apporter une réponse... Cette étiquette change de couleur pour vous informer que la chaîne de froid a été interrompue... (cela vous le savez déjà !)... et que cette interruption a été problématique (ou ne l'a pas été) pour la qualité sanitaire de votre produit. Comment cela fonctionne-t-il ? Je vous invite à le découvrir en écoutant l'interview du directeur de Cryolog sur BFMTV en suivant ce lien.





vendredi 4 août 2017


Date, heure et lieu de l'événement :

Mardi 17 octobre 2017 de 18:30 à 22:00 (heure d’été d’Europe centrale heure : France)

Bpifrance Le Hub
8 Boulevard Haussmann
75009 Paris-9E-Arrondissement
France

Afficher la carte
Partager cet événement :
FacebookTwitterLinkedIn

L'événement FoodTech du Club AgroAlia !

Venez à la rencontre des start-ups, entreprises et partenaires du Club régional AgroAlia.

Programme prévisonnel :

19h15-19h30 : Qu’est-ce que la Foodtech ?
19h30 - 20h30 : 3 table-rondes autour de la thématique FoodTech avec témoignages des entreprises et partenaires
20h30 – 22h00 : Parcours découverte des entreprises, cocktail et networking

Un événement organisé en partenariat avec Bpifrance.
Informations sur le Club AgroAlia : lien

Partagez cet événement sur Facebook et Twitter

Nous espérons que vous pourrez venir !

À très bientôt,
L'éuipe AgroAlia

Acidification des Océans : quels effets sur le comportement des poissons ?

LOST AT SEA ! Tel est le titre de l'article publié en Juin 2017 dans le magazine Scientific American par Danielle L. Dixson, professeur de sciences marines. Il témoigne de l'effet probable de l'acidification des océans sur le comportement des poissons et en fin de compte sur leur comportement et leur survie. Le comportement des poissons, par exemple leur aptitude à se réfugier dans un récif ou un herbier pour éviter les prédateurs ou bien encore leur capacité à sentir les effluves d'une proie sont des dimensions critiques de leur survie dans leur milieu.

Sans les océans qui absorbent 30 à 40 du CO2 atmosphérique, l'accroissement de ce gaz à effet de serre dans l'atmosphère serait bien plus important. Pour rappel, on estime que la concentration de CO2 dans l'atmosphère est passée de 280 ppm au début de la période d'industrialisation à 400 ppm aujourd'hui.  La capture du CO2 par les océans se traduit par leur acidification. On estime que celle-ci s'est accrue de 150 % pendant la même période.  Si les effets de l'acidification sur les mollusques et le plancton avaient été testés au laboratoire - Ils affectent le développement des espèces, la grande majorité des scientifiques pensaient que les poissons qui disposent de mécanismes de régulation plus sophistiqués seraient en mesure de s'adapter. Les expériences réalisées au laboratoire avec différents niveaux d'acidification montrent que ce n'est pas le cas. 


Le poissonclown, le très fameux Nemo du studio Walt Disney, es-t un petit poisson qui au stade juvénile migre pendant la nuit afin d'éviter les prédateurs de la pleine mer vers les récifs où il trouvera un abri dans une anémone. Pour trouver son chemin dans l'obscurité, il dépend de la qualité de son ouïe. Les récifs et leurs habitants produisent des sons qui guident les poissons clowns vers des zones où ils trouvent leurs refuges.

Lorsque les chercheurs testent, en journée, les effets des sons des récifs, les juvéniles, les poissons s'éloignent de la source sonore. C'est ce comportement qui leur permet d'éviter les prédateurs qui sont actifs pendant la journée en bordure des récifs. Par contre lorsqu'ils ont soumis des juvéniles élevés pendant leur courte vie dans une eau 60% plus acide (le taux d'acide probable en 2030),  ils ont observé que presque 50% des juvéniles étaient attiré par les sons. Ils ont répété cette expérience avec différents niveaux d'acidité est observé des phénomènes similaires. Si la vie des poissons n'est pas directement affectée, leur capacité à capturer les signaux de leur environnement et leur comportement sont modifiés. 

Danielle L. Dixon a réalisé d'autres expériences. Par exemple, elle s'est intéressée à estimer l'effet de l'acidification sur l'odorat des prédateurs. L'odeur des proies attire les poissons prédateurs ou des requins. Ils ont découvert aux laboratoires que des requins perdaient leur intérêt pour les effluves d'une proie lorsque l'acidité augmentait, et lorsque celle-ci était trop élevée la même odeur avait une caractéristique répulsive.

Conclusions : le comportement des proies et celui des prédateurs risque d'être profondément altéré par l'acidification des océans. Les effets pourraient être dévastateurs. Cependant, ces tests ne permettent pas d'explorer les capacités d'adaptation du comportement des populations de poissons lorsque l'acidification s'accroit de manière faible mais continue sur une longue période. Espérons !



vendredi 28 juillet 2017

Quel FoodSystem dans 20 ans ? (Video de la ferme digitale)

Table Ronde animée par Marie-Laure Hustache de la Saf Agr'Idée


AvecArmelle Delaage (United Kitchens), Robin Placet (Foodentropie), Jérémie Prouteau (DigitalFoodLab), Stefano Volpi (Connecting Food) 

Les carnets du blog les plus consultés

Membres